RUCHE TRONC ou "BRUSC"

*************************

Retour index apiculture

D'OU VIENT L'IDEE ?

Je précise d'entrée que je ne suis qu'un modeste apiculteur amateur, avec 2 ans d'expérience seulement, possédant 2 classiques Dadant et 4 divisibles Warré. Tout conseil ou avis sera le bienvenu, pour compléter mon expérience ou rectifier des erreurs.

Connectez vous et lisez l'article suivant sur le "BRUSC" , vous commencerez à comprendre

L'idée m'est venue tout simplement par un hasard sur la toile, qui m'a amené sur un article traitant des ruches cévenoles réalisées dans des troncs creux de vieux châtaigniers.

Voir aussi les sites | 1 | 2 | 3 | 4 |

Bien d'autres articles ont complété depuis, ma curiosité à propos de ruches exotiques en plâtre, osier etc..

De plus, par nature, j'aime les objets rustiques, fabriqués avec des matériaux simples. En fait les abeilles, dans ce genre de ruches, font ce que leurs congénères sauvages pratiquent tous les jours, en pleine nature, depuis plus de 70 millions d'années, bien avant l'apparition de l'homme.

Ayant abattu quelques gros pins l'idée m'est venue de tenter l'expérience. J'ai opté pour une ruche à 4 étages

LES DETAILS

La ruche est issue d'un tronc de pin

PRECAUTION 1: Avant la découpe bien repérer par une trace verticale de lame en continu la coïncidence des futurs éléments et par des traits horizontaux le numéro du morceau, tout ceci pour que les éventuels défauts de coupe s'épousent en vis à vis lors du montage de l'ensemble ( absence de jours )

PRECAUTION 2:

Chaque élément a été cerclé par 2 bandes mécaniques, pour remédier aux conséquences du séchage du bois et à l'apparition de fentes inévitables

PRECAUTION 3:

Les éléments, le socle et le petit chapeau sont liés entre eux par un système simple à base de rivets et de trous en vis à vis afin :

1 de solidariser l'ensemble

2 - De bien réaliser les alignements

3 - Permettre un démontage facile

NB : Cette ruche ressemble à une divisible mais ne peut pas en être une car les éléments sont tous différents et non permutables ( il y aurait trop de jours dans les interfaces )

Le petit toit :

Garder une découpe de 5 cm, au dessus du dernier élément pour obtenir un petit toit de même géométrie que le dessus du dernier élément

Le corps de ruche :

Mon choix s'est arrêté sur 4 éléments, non permutables

Les 3 du bas à barrettes

Celui du haut sans rien "à la sauvage", la colonie fera ce qu'elle voudra.

:

Ruche achevée et vernie

Notez les cerclages métalliques

Et

Le grand chapeau au dessus du petit

J'ai choisi la base d'un pin, sans gros nœuds ( vieux départs de branches ) long de 110 cm environ.

 

Les trous de vol de font 24 mm.

  

La hauteur de 110-112 cm permet de tailler 4 éléments de 25 cm de long, le reste 7 à 8 cm partant dans la coupe de la tronçonneuse, puis dans un chapeau de toit (4 à 5 cm, voir plus bas)

.

Je ne me suis pas trop préoccupé de "tailler droit ou plan" avec la tronçonneuse.

 

Evidemment si vous y parvenez la coupe sera plus nette mais peut-être moins artistique. Question de goût.

 

Garder une découpe de 5 cm, au dessus du dernier élément pour obtenir un petit toit de même géométrie que le dessus du dernier élément

Le diamètre idéal semble être de 45-48 cm, le mien ne fait que 40 cm (sans écorce). On peut en effet y loger l'intérieur d'une Warré et donc garder des barrettes classiques, en y perdant certes l'exotisme. La forme ronde est plus agréable.

Le socle :

J'ai découpé le socle dans une base de pin plus grande de 55 cm de diamètre environ.

Vous remarquerez à l'avant:

1 - Les flancs coupés verticaux droits, pour les fixations de sécurité

2 - Une entrée basse de 10 mm environ, légèrement en pente vers l'extérieur

3 - Des rainures sur la planche de vol pour l'évacuation de l'eau de pluie.

4 - Notez au centre une grille d'aération de maillage classique

Vous remarquerez à l'arrière, une entaille de tronçonneuse qui s'enfonce sous la grille, pour l'aération . En dessous 5 pieds sont grossièrement taillés dans la masse. Il vaudrait mieux poser ces pieds sur des pierres pour éviter la pourriture.

Notez les têtes de rivets qui viennent se loger dans les trous en vis à vis, pour tous les éléments

Le grand toit :

Pour décorer j'ai placé un toit plus grand que le couvercle avec une taille exotique en " chapeau de gendarme "

Une protection imperméable en bâche de bassin a été découpée pour épouser la forme du grand toit.

Les nourrisseurs :

Cette ruche se trouvera dans 2 états différents qui demandent chacun un nourrisseur adapté:

ETAT 1 : Au départ, la colonie démarre dans les éléments 2 et 3, avec une toile au dessus du 3 et une au dessous du 2. L'élément 4 sera présent, avec un nourrisseur en son bas. La photo ci-dessous montre le fond isolant en polystyrène percé d'un trou permettant aux abeilles de rejoindre ce nourrisseur, sans possibilité d'aller plus haut.

La photo montre l'élément 4 du dessus, avec ses barrettes prêtes à recevoir la cire gaufrée et en dessous la position du nourrisseur.

Vue du nourrisseur posé sur un tampon de polystyrène.

Fond polystyrène ( sur mesure ) de l'élément 4, avec

les 2 trous du nourrisseur.

Les barrettes et la toile du 3 sont visibles à gauche

ETAT 2 : Quand la colonie se sera bien développée, soit parce qu'elle est prolifique, soit parce qu'elle a été renforcée par des paquets d'abeilles, elle occupera alors l'élément 1 ( premier agrandissement par le bas ) puis l'élément 4 grenier à miel, seul élément éventuellement récolté. Le nourrisseur devra alors être placé au dessus de l'élément 4.

L a photo montre la configuration, avec un tronçon de bois évidé, cachant la laideur du nourrisseur. Des rivets d'alignement ont été prévu pour bien ajuster l'ensemble.

La grille d'entrée basse :

Elle ne sera nécessaire que dans la configuration finale 2. Elle a été spécialement mise en forme pour fonctionner comme entrée ou comme grille de fermeture aérée.

Sa réalisation est possible à partir d'une porte de Dadant classique 10 cadres.

Les suspensions :

Pour permettre une gestion des éléments, je fonctionne avec une poulie accrochée à une branche d'arbre et des suspensions visibles sur les photos des paragraphes suivants.

DESTINATION ET CONDUITE DE CETTE RUCHE

De toute évidence les éléments sont lourds à manipuler. J'ai donc choisi de ne pas changer d'élément avant une récolte certaine. De plus cette colonie ne sera récoltée que sur le quatrième élément. Il faut donc le munir de poignées

INSTALLATION DE LA COLONIE :

J'attends pour le printemps prochain un essaim naturel, ce qui devrait bien arriver avec 6 ruches. Sinon, avec un élevage de reines et un paquet d'abeilles j'amorcerai une colonie.

Il sera immédiatement installé sur 2 éléments, le 2 et le 3, au cœur de mon tronc.

Ces éléments sont encadrés par 2 moustiquaires permettant :

1 - En dessous d'agrandir

2 - Par dessus de réaliser un élément isolant ( plancher polystyrène et nourrisseur ), puis d'agrandir pour la récolte

PREMIER AGRANDISSEMENT DE LA COLONIE :

 

Comme en apiculture Warré, suivant le penchant naturel de la grappe qui tend à descendre, le premier ajout se sera par dessous, tout simplement en enlevant la moustiquaire du bas.

 

Le premier élément aura donc des barrettes les plus bâties possibles.

 

 

Ci contre très visible, la moustiquaire basse

DEUXIEME AGRANDISSEMENT :

Dès que la colonie s'est étendue avec son couvain sur 3 éléments, et qu'une miellée s'annonce, on agrandit par le haut, tout simplement en laissant la moustiquaire et en retirant de l'élément 4 le fond en polystyrène et le nourrisseur associé.

Les barrettes sont fournies pour cette ruche. La prochaine ruche tronc sera plus sauvage sans barrettes, les abeilles construiront comme bon leur semble, ce qui n'empêchera pas une récolte à l'ancienne.

AUTRE UTILISATION DE CETTE RUCHE :

Sa tenue étant plus difficile que pour une ruche classique, sauf pour la récolte, on pourra utiliser ce tronc pour réaliser des essaims artificiels ou des paquets d'abeilles, ce qui préviendra peut-être l'envie d'essaimage naturel.

LA MISE EN PLACE DES BARRETTES

Je décide d'équiper tous les éléments en barrettes gaufrées ou déjà bâties ( possible pour les 2 du centre des éléments 2 et 2 3 )

Les barrettes sont montées comme le préconise M Marc Gatineau dans son livre " L'apiculture telle que je l'aime et la pratique" page 111, la méthode provenant de M DELON son inventeur.

La barrette est fendue en 2 endroits suivant son axe. Ne disposant pas de matériel sophistiqué

1 - j'ai percé 2 trous aux extrémités de la fente, pour pouvoir entrer la lame fine de la scie sauteuse

2 - J'ai découpé en deux passes la fente de 3 mm environ, permettant de glisser une cire gaufrée taillée à la mesure.

3 - Remarque 1 : pour les barrettes longues, j'ai laissé au centre 3 à 4 cm non fendus, pour assurer la rigidité de la barrette.

4 - La cire est repliée puis partiellement collée de part et d'autre dans chaque fente.

5 - Remarque 2 : La découpe à la sauteuse n'est ( pour moi ) pas parfaite, mais cachée par la cire plus rien ne se voit !!!

6 - Remarque 3 : Vous aurez noté que les barrettes toutes différentes les unes des autres sont repérées par niveau et pour un étage donné par leur ordre de position .

Pour moi, j'ai la chance de tomber sur les 2 barrettes centrales de la même dimension que celles des ruches Warré ou divisible, ce qui permet un peu de souplesse dans la gestion des ruches, notamment pour le couvain et le démarrage de colonies nouvelles.

Barrettes fendues, sans cires

Détail du montage de la cire

Vue rapprochée des barrettes fendues

(Remarquez l'imprécision des découpes)

Détail du montage de la cire, repliée de part et d'autre des fentes

Premier élément complètement équipé de ses cires

NB : Vous remarquerez peut-être que la découpe intérieure du tronc ( évidement ) n'est pas bien régulière. En effet c'est à la tronçonneuse que j'ai creusé!!!!

 

Ci contre le détail des suspensions externes au nombre de 4, permettant avec un système de poulies de soulever une partie de la ruche ou même la ruche complète, quand il faut par exemple nettoyer le socle ou examiner des cadres.

Naturellement, pour suspendre il vaut mieux avoir un arbre ou un portique au dessus de la ruche!!!

Robert Guiziou novembre 2009