ELEVAGE DE REINES

Retour

PRELIMINAIRE DE L'AUTEUR

Apiculteur amateur, je ne veux pas donner de conseils, donc qu'on ne s'y trompe pas, cette page constitue humblement une synthèse de ce qu'il me semble avoir lu de meilleur sur le sujet, quelquefois en recopiant des passages entiers.

J'ai essayé de citer ( sauf oubli de ma part ) toutes mes sources ou de les conseiller comme liens intéressants.

 

METHODES

| Du cupularve | Méthode Miller | Méthode de l'emporte pièce | Du nid d'abeilles | Méthode du Picking | Elevage au plafond | Méthode de Halley |

QUESTIONS RELATIVES A LA REINE

| Acceptation CR | Acceptation reine | Cagette de protection Introduction cagette | Candi | Fabrication nourritures | Finisseur| Greffage | Introduction cellule plastique | Introduction reine fécondée | Introduction reine vierge | Marquage de la reine | Nucléi de démarrage | Picking | Protection des CR | Remerrage | Sirops | Starter |

MATERIELS

| Cage de naissance | Cage Itlis | Cagette | Cupules | Hausse Warré sur corps Dadant | | Ruchette vitrée | Retour d'expériences |

Pourquoi élever ?

Quatre raisons :

1 - Acquisition d'une meilleure connaissance de la technique et des mœurs des abeilles

2 - Les ruches se porteront nettement mieux avec des reines jeunes 1 à 2 ans, il faut donc "remérer" ( changer la reine pour une plus jeune )

3 - Chaque reine est un départ de colonie, pouvant compenser les disparitions fréquentes et inexpliquées actuelles.

4 - En ce qui concerne l'auteur, les essaims de départ sont naturels, donc avec des reines vieilles de 3 ans, qu'il faut remplacer.

But poursuivi :

Garder en permanence 6 ruches en bonne santé. Donc produire si possible 2 à 3 reines par an. Essayer de pallier aux maladies ou surprises diverses réduisant le cheptel

Le moyen :

Faire un élevage de 4 reines/an, pour en avoir à coup sûr 2 à 3. Les méthodes sont diverses et la plus technique et fine est "picking" ( peut-être spécialisée pour un débutant comme l'auteur)

QUELQUES REMARQUES GLANEES SUR DIVERS SITES:

Notamment --> http://www.zoo-logique.org/vs/abeilleduforez/essaimageartificiel.htm

  • Pour faire une reine, il faut 16 jours. Mais attention, s'il y a orphelinage, 10 à 13 jours suffisent car l'élevage royal peut débuter sur un œuf, ou une larve de moins de 3 jours.
  • Il faut 24 heures pour qu'un essaim orphelin accepte bien une cellule royale, sauf si l'essaim provient d'une colonie voulant essaimer (présence de cellules royales).
  • Les cadres de couvain ouverts sont toujours acceptés.
  • On peut stocker des cellules royales dans une ruche orpheline jusqu'à l'éclosion de la première.
  • Les reines vierges sont mal acceptées.
  • On peut stocker des reines vierges encagées, mais peu de temps (pas souhaitable et très difficile).
  • On peut stocker des reines fécondées encagées avec des accompagnatrices dans le noir à 20° avec du candi, pendant une quinzaine de jours, s'il fait trop sec leur donner à boire sur un tissu humide.
  • Les cellules royales naissantes sont bien acceptées, même dans un essaim fait du matin. On les introduit par l'entrée, ou par dessus les cadres engluées dans du miel.
  • Les cellules royales ne doivent pas être secouées après l'operculation, et toujours transportées verticalement.
  • On peut greffer des cellules royales ouvertes.
  • On peut greffer des carrés d'œufs.
  • Il faut 36 heures pour qu'une colonie oublie sa reine et se sente orpheline à 100 %.
  • Les reines en ponte sont acceptées après 36 heures d'orphelinage, si l'on prend des précautions. La reine doit être mise dans une cage à reine, ou sous un grillage recouvrant du couvain naissant (environ 15 x 15 cm) sans abeilles. Les abeilles naissantes, deviennent la cour de la reine et celle-ci pourra pondre dans les cellules libérées.
  • Les abeilles étrangères sont acceptées si celles de la ruche d'accueil sont stressées, ou si l'on change les odeurs par pulvérisation aromatique.

Les abeilles perdent leurs points de repères géographiques lorsqu'elles sont déplacées de plus de trois kilomètres.

LE REMERAGE :

C'est l'action qui consiste à changer la "mère" donc la reine et la remplacer par une jeune reine

  • On peut supprimer la reine et laisser élever naturellement, mais attention si la ruche est populeuse, il ne faut laisser qu'une cellule royale, après avoir châtré toutes les autres, sinon il y aura essaimage.
  • On peut après 36 heures d'orphelinage introduire, dans un nucleus, une reine en ponte. Il faut alors encager la reine avec ses accompagnatrices.
  • On peut substituer à une viellie reine, une reine en ponte encagée, 36 heures après l'orphelinage.
  • On peut introduire une cellule royale particulière sélectionnée après avoir orpheliné la ruche depuis 7 jours, mais attention, il faut châtrer toutes les cellules royales existantes.
  • On peut éclater la colonie avec la méthode de l'éventail.
  • Un essaim naturel reprend une très grande vigueur, malgré l'âge de la reine et se rémére de lui même dans l'année.

Le remérage d'une reine doit s'effectuer dans sa 3ème année, il est alors impératif de supprimer la reine quand elle est encore bonne.

Production de cellules royales :

Nombreuses méthodes, certaines reprises plus loin, et ci-dessous quelques exemples:

  • 1 - Orpheliner une très bonne ruche. Trois jours après, il faut châtrer toutes les cellules royales. Les abeilles pourront recommencer leur élevage grâce aux œufs devenus des larves. Le deuxième élevage sera meilleur, car il y aura plus de gelée royale.
  • 2 - Récupérer des cellules royales dans le rucher, ce sont les meilleures car ce sont des élevages naturels, mais on ne maîtrise pas le calendrier.
  • 3 - Séparer le couvain en deux, un corps de ruche avec la reine, en dessus une hausse vide, puis une hausse pondue. Un élevage royal se fera dans la hausse du dessus.
  • Après avoir introduit une feuille de cire gaufrée au bord du couvain, huit jours après, elle est étirée, on la place au milieu du couvain. Trois à quatre jours après, elle est pondue, on coupe alors des bandes horizontales dans cette cire bien blanche pour que les abeilles, après un orphelinage, étirent en dessous de ces bandes des cellules faciles à découper.

Elevage de cellules par picking (méthode plus adaptée aux ruchers importants).

PRODUCTION D'ESSAIMS :

1 - Avec un essaim orphelin possédant du couvain d'une ou plusieurs colonies.

  • On peut laisser élever tout seul. La naissance de la reine se fera 10 à 13 jours après. Le contrôle de la ponte s'effectuera un mois après le début de l'opération.
  • On peut introduire une cellule operculée ou non, 24 heures après la formation de l'essaim.
  • On peut introduire une reine fécondée 36 heures après, en cage ou sous grillage.
  • On peut greffer un carré d'œuf 7 jours après l'orphelinage, mais attention il faut châtrer toutes les cellules royales naturelles existantes. On visitera sans manipuler le nucleus 8 jours après pour vérifier la présence de cellules royales.

2 - Essaim avec cellule royale provenant d'une ruche voulant essaimer.

On peut conserver toutes les cellules royales pour un usage ultérieur, mais si l'on ne les utilise pas on ne doit en laisser qu'une. Le contrôle de la ponte se fait 3 semaines après.

3 - Essaim nu avec reine fécondée.

Il est obtenu soit par secouage, soit par tapotement dans le cas de vieilles ruches vulgaires (paillas, tronc d'arbre...).

Il y a la possibilité de faire un double tapotement, pour récupérer la première fois les 2/3 des abeilles et la reine, puis 21 jours plus tard un 2ème tapotement pour obtenir le reste des abeilles qui sont nées ainsi qu'une nouvelle reine née elle aussi suite au premier tapotement.

4 - Essaim nu sans reine.

Ce type d'essaim peut être une prévention d'essaimage, car les abeilles peuvent être prélevées dans une ou plusieurs ruches très populeuses. Pour maintenir un paquet d'abeille dans une ruchette il faut un minimum de couvain, environ la valeur d'un cadre de hausse, sinon l'essaim risque de déserter la ruchette. Pour avoir l'élevage désiré il suffira de greffer un carré d'œuf provenant d'une ruche

I GENERALITES ET VOCABULAIRE :

MEILLEURE PERIODE POUR ELEVER : Mai-juin

PICKING :

Lors du prélèvement des larves le cadre est posé sur un support à 30° environ, l’avant bras bien calé sur le bord de la table et le poignet sur le bord du cadre, le geste des doigts sur le pinceau devient rapidement précis et sûr. Il faut aller vite pour éviter que les larves ne se dessèchent, d’où la goutte d’eau dans la cupule, remplacée par une dilution de gelée royale par les professionnels.

Ne pas lécher le pinceau, mais le rincer à l’alcool non modifié à 70° (le plus désinfectant). En cas de réutilisation des cupules les laver avec un pinceau à l’alcool après les avoir grattées des restes de gelée royale et de cocon.

Pour un élevage en grand nombre ( > 25 ), les éleveurs utilisent des colonies spécialement aménagées pour amorcer l'élevage des larves mises à leur disposition, ces colonies sont dénommées STARTER (départ).
Les larves acceptées (présence d'une fine collerette de cire) sont alors confiées à des colonies qui terminent le travail (FINISSEUSES).

STARTER : surtout utilisé après le picking pour faire accepter les larves

C'est la ruche ou ruchette initiale d'élevage qui va produire les cellules royales ( notées CR ), elle comprend 5 cadres:

1 - 2 cadres de nourriture miel + pollen

2 - Un espace vide entre les 2 pour recevoir le cadre d'élevage

3 - Un paquet de 1 à 1.5 kg d'abeilles sans reine qui doivent avoir le sentiment d'orphelinage.

4 - Les 2 espaces de rive sont libres

Règles impératives :

1 - Aucune abeille ne doit sortir

2 - Les cadres ne doivent strictement pas contenir de couvain ouvert ou operculé, ni aucun œuf

3 - Aucune reine présente vierge ou pas

CELLULES ROYALES ( CR ) :

Ce sont des cellules plus grosses que les autres, dans lesquelles une larve bien nourrie à la gelée donnera une reine.

 

 

Respecter la forme de la grappe

 FINISSEUR :

On appelle finisseur une ruche spécialement organisée, fortement peuplée, capable de produire beaucoup de nourrices pour développer les cellules royales jusqu'à l'operculation.

La colonie finisseuse est celle qui recevra les cellules royales amorcées par la colonie éleveuse afin de pouvoir présenter à celle-ci une nouvelle série d'amorces.

Cette méthode "starter - finisseur" est intéressante lorsqu'il s'agit d'élever un nombre important de reines, mais est inutile pour une petite quantité. Dans ce cas la colonie éleveuse suffit et les cellules royales peuvent rester dans celle-ci jusqu'au retrait qui a lieu le 9 ème jour après l'amorçage, dans ce cas, les cellules seront, dès l'operculation, protégées à l'aide de cages types "bigoudi" car la première reine naissante détruirait toutes les autres cellules.

Conditions

La colonie finisseuse doit être dans les mêmes conditions que la colonie éleveuse c a d : posséder la fièvre d'essaimage ou être proche de celle-ci.

Préparation du finisseur

La reine reste dans la colonie et est chassée dans le corps du bas. Les éventuelles cellules royales d'essaimages sont détruites. 1 cadre comportant une vingtaine de cellules royales amorcées de 24h00 par la colonie éleveuse est placé dans la hausse, au centre et entre deux cadres de couvain ouvert.

La grille à reine est placée entre les deux corps en veillant à ce que la reine reste dans le corps du bas. Dès l'operculation des cellules, celles-ci sont placées en couveuse ou protégées par des bigoudis. En principe, la colonie choisie comme finisseuse peut être utilisée telle, pendant toute la durée des élevages. elle peut donc recevoir plusieurs séries de cellules royales.

1 - Introduction :

Il existe de nombreuses méthodes permettant de préparer une colonie à l'élevage royal. Cela va, du simple petit essaim en ruchette jusqu'au starter permettant de produire une grande quantité de reines à la fois.

En partant du principe énoncé ci-dessus, nous allons ici, nous intéresser essentiellement au starter permettant de produire un nombre assez important de cellules royales.

2 - Quel type de ruche utiliser pour l'élevage ?

Tous les modèles de ruches conviennent mais il s'avère que la ruche divisible est la plus fréquemment utilisée car les corps et hausses sont identiques et permettent de constituer un starter des plus efficace avec rapidité et simplicité.

PRELEVEMENTS DES LARVES PAR "PICKING":

Lors du prélèvement des larves, le cadre est posé sur un support à 30° environ, l’avant bras bien calé sur le bord de la table et le poignet sur le bord du cadre, le geste des doigts sur le pinceau devient rapidement précis et sûr. Il faut aller vite pour éviter que les larves ne se dessèchent, d’où la goutte d’eau dans la cupule, remplacée par une dilution de gelée royale par les professionnels.

Ne pas lécher le pinceau, mais le rincer à l’alcool non modifié à 70° (le plus désinfectant). En cas de réutilisation des cupules les laver avec un pinceau à l’alcool après les avoir grattées des restes de gelée royale et de cocon.

NUCLEUS DE DEMARRAGE :

On réalise de petits paquets d'abeilles. Il suffit de prendre dans une ruche sur deux cadres de couvain les abeilles qui s'y trouvent. On les pulvérise d'eau et on secoue le cadre sur un toit. Ces abeilles sont versées dans les nuclei. Mis dans un autre rucher ces petites populations s'installent sur les trois cadres bâtis qu'on leur a mis, deux cellules de reines prêtes à éclore sont installées entre deux cadres, de la nourriture et le nucleus fonctionne.

MANIPULATION DES REINES :

Les reines nées. Lorsqu’elles sont en ponte, on les marque. Les prendre par les ailes, puis entre le pouce et l’index l’attraper par le thorax, jamais par l’abdomen sous peine d'abîmer ses ovaires. On la marque d’une goutte de peinture à l’acétone déposée entre les deux ailes par un stylet du genre bois d’allumette.

L’élevage c’est compliqué à expliquer, c’est simple à faire. C’est l’apiculture adaptée aux contraintes actuelles. L’élevage se fait à plusieurs, c’est plus facile de se partager les tâches à l’un les nuclei, à l’autre l’éleveuse, au troisième la sélection. A tous le picking !

II METHODE GENERALE :

I à Prélèvement ou fabrication d'œufs ou larves de 1 à 3 jours

le temps initial de nourriture à la gelée, pour toutes les larves

Picking

Avec reine encagée

Méthode P.M.

Carré d'œufs

Halley

Miller

 

IIà Démarrage de l'élevage dans un STARTER

a.     Ruche sur le point d'essaimer ( Supprimer alors toutes les CR )

b.     Ruche orpheline

c.     Paquet d'abeilles sans reine pendant 5 à 7 heures

Résultat = Des CR operculées

Ou

Des reines si elles sont encagées avant leur sortie

 

III CELLULES ROYALES OPERCULEES

Protection et mise en place en nucléus

NUCLEUS 1

NUCLEUS 2

NUCLEUS 3

NUCLEUS 4

INTRODUCTION

REMERAGE ou NOUVELLE COLONIE

 

III METHODE DE MILLER :

Elle évite la technique du "picking"

1°) OBTENTION DES OEUFS OU LARVES :

a.      Préparation d'un cadre spécifique pour une ponte orientée vers les CR:

b.      OBTENTION DES OEUFS ET DES LARVES :

Ce cadre est introduit dans une colonie de choix, au centre du couvain.

Il est immédiatement étiré et la reine commence à pondre au centre, en ronds concentriques.

Après 5 à 7 jours ( commencer à 4 ), vérifier que sur les bords des triangles il y a des œufs translucides, alors qu'au centre les larves sont plus âgées.

La frange des triangles présente des cellules peu profondes.

2°) PREPARATION DU CADRE : Jour J

Comme les abeilles aiment construire les CR sur les bords

Que les œufs sont au bon endroit

Que la forme des bâtisses est linéaire et permet la construction de beaucoup de CR, on procède comme suit :

a.      Découpe : On prépare le cadre en coupant délicatement, au cutter, le bord des triangles au ras des jeunes larves ( préférence des abeilles aux œufs), de même âge. Les triangles sont donc remodelés.

b.      Séparation des cellules : On écrase une ou deux cellules sur trois, pour permettre la construction de grosses CR. C'est un conseil de M Gatineau.

3°) TRANSFERT DU CADRE : Jour J+0 + 2 H

Ce cadre est donné à une colonie orpheline ou à un paquet d'abeilles ( voir chez Gatineau comment réaliser ce paquet )

ATTENTION : Une colonie orpheline ou un paquet rend les abeilles très nerveuses et agressives. De plus elles peuvent s'échapper.

Le conseil est de soulever la ruchette qui les contient de 20 à 30 cm et de taper un coup sec sur une surface plane, dure, ce qui a pour effet de plaquer les abeilles au fond.

En procédant rapidement, on introduit le cadre et on referme très vite.

La colonie va s'empresser de développer les CR pour de nouvelles reines. Naturellement, il ne faut pas les laisser éclore sous peine de les voir s'entre-tuer.

Attendre J+10

NB : J+9 à la cellule royale est operculée, on la récupère le lendemain.

4°) PREPARATION DES NUCLEI : Jour J+10

Diviser une ruchette 5 cadres en 2 nuclei de 2 cadres + une cloison de partition

Chaque nucleus comprend:

1 cadre de couvain naissant avec ses nourrices

1 cadre de miel et pollen

1.5 kg d'abeilles pour les 2 ruchettes de fécondation

Comment peupler les nuclei? Il faut former un paquet d'abeilles et distribuer les abeilles à la louche dans chaque nucleus. Les abeilles restent calmes parce qu'elles n'ont pas eu le temps de réaliser que la reine est absente. Ci-dessous un exemple de formation de paquet

.

5°) PRELEVEMENT DES CR : Jour J+10 + 2 h

Les cellules sont retirées le dixième jour après l'introduction du cadre dans la colonie éleveuse. Les abeilles sont brossées délicatement, les cellules CR stockées au chaud ( bouillotte ) ou installées sur le champ.

PRECAUTIONS : Protéger la CR du risque de destruction par les abeilles

 

 

Naissance correcte, ouverture

Par le bas -->

Comme un couvercle

NB 1 : Les abeilles n'attaquent jamais les CR par la pointe, un papier d'aluminium domestique fera l'affaire.

NB 2 : Dans notre cas, la CR est retirée avec un morceau de cire de 1 cm au moins, ceci pour pouvoir la saisir, par exemple avec une pince à dessin. Ne pas oublier de la protéger avec du papier aluminium en laissant la pointe libre.

Les bras de cette pince peuvent alors être repliés pour prendre appui sur les cadres, dans chaque nucleus.

6°) INTRODUCTION EN NUCLEUS DE FECONDATION :

A compter de cet instant, il faut séparer les CR. On utilise alors soit une colonie orpheline que l'on veut repeupler, soit des nuclei qui vont chacun permettre de féconder une reine pour remérer une ruche ou démarrer éventuellement une nouvelle colonie.

J+12 à NAISSANCE DE LA REINE

J+13 à léger nourrissement au sirop 40/60

J+14 à Retirer la cellule vide de la reine pour constater la naissance, nourrissement.

J+37 à Contrôle de la ponte et remérage d'une ruche avec vieille reine, ou contrôle de la ponte dans le nucleus

J+46 à Contrôle de la ponte dans la nouvelle ruche remérée.

 

IV METHODE DE HALLEY:

Elle évite, comme celle de Miller, la technique du "picking"

Nb : Informations tirées du livre de Marc Gatineau " L'apiculture telle que je l'aime et la pratique", p 8è

Très ancienne méthode d'élevage, accessible au débutant, pour une petite production de reines fécondées.

1 - Préparer un cadre de ponte, en introduisant un rayon neuf de cire vierge ou un cadre de cire gaufrée.

2 - Attendre 2 ou 3 jours au minimum, pour que ce cadre soit pondu.

3 - Découper des bandes de cellules contenant des larves d'âge identique

4 - Raccourcir les cellules du coté larves à 5 mm et garder celles de l'autre face entières.

En profiter pour éliminer 2 larves sur trois, pour écarter les formations futures de CR.

Ecarter les bords des cellules conservées, de manière à les évaser, évidemment sans détruire les larves.

5 - Coller cette bande de cellules sur du bois très fin ( genre boite camembert), avec de la cire, en écrasant les cellules de l'arrière conservées entières. Ne pas hésiter à bien mettre de la cire, les abeilles s'en serviront pour élaborer les CR.

6 - Ces bandes sont ensuite confiées à un nucléus orpheliné, sans couvain depuis 10 heures au moins. Nourrir abondamment.

7 - M Halley conservait l'élevage jusqu'à la fécondation et la ponte. Bien sûr, en procédant ainsi, il ne reste qu'une reine, mais qui a de fortes chances d'être en excellente santé, vu qu'elle s'est débarrassée de ses rivales.

Remarque : En pratique M Halley procédait à plusieurs élevages dans des mini ruches à cadrons, ce qui lui procurait les reines nécessaires et ses nouvelles colonies.

Cette méthode supprime de toute évidence l'introduction des reines nouvelles et l'élimination des anciennes..

Variante : On peut très bien récupérer en lers découpant soigneusement des CR et les confier à d'autres élevages pour former de nouvelles colonies.

8 - Détails de la mise en place : La bande amorce est disposée dans un cadre normal, complété par une ou plusieurs traverses, avec les futures cellules royales orientées vers le bas. Des punaises peuvent faire l'affaire ou un collage à la cire...

V METHODE DU CUPULARVE :

Voir le site --> http://www.beekeeping.org/cours/elevage/index.htm

Le cupularve fonctionne à merveille, mais il faut néanmoins faire attention à deux choses :

1 - Seuls les œufs de 2 jours sont prélevés. En effet, les œufs d'un jour n'adhèrent pas encore correctement sur le fond de la cellule et se détachent facilement lorsque la cupule est mise dans sa position verticale.

2 - Il faut que la reine ponde dans le cupularve le plus rapidement possible et éviter de dépasser 4 jours d'attente car : après 4 jours, il n'y plus d'œufs dans la colonie et c'est pas toujours, mais assez souvent, une raison pour que celle-ci tue la reine lors de sa libération du cupularve (motif : reine jugée déficiente). Cela arrive plus souvent qu'on ne le croit.

La reine y est enfermée pendant 4 jours et pond directement dans des cellules royales artificielles en plastique (cupule) que l'on retire pour être introduites dans des colonies "finisseuses". Plus de picking !

Ci dessous en provenance de --> http://www.beekeeping.org/cours/elevage/index.htm

Retrait de la reine fécondée et testée, accompagnée de six ou sept servantes et introduction d'une nouvelle cellule royale.

Pour produire deux fois plus de reines dans le même temps avec le même nombre de nuclei (ou le même nombre de reines avec deux fois moins de nuclei), il est possible d'introduire dans les nuclei, possédant encore leur jeune reine nouvellement pondeuse, un nouveau lot de cellules royales (protégées par des cages à reines rondes) juste après leur operculation. On fait ainsi coup double :

* on libère plus vite les éleveuses;

* on fait cohabiter, sans danger, dans les nuclei reines en ponte et cellule royale. Trois, quatre jours après la naissance, on retire la reine en ponte (destination ruche de production), on libère la reine vierge qui part aussitôt pour son vol de fécondation. Et quelques jours après, on introduit de nouveau une (ou deux) cellule(s) royale(s) encagée(s).

L'introduction de reines fécondes dans les ruches de production s'opère en quatre étapes qui ont le mérite de s'effectuer consécutivement le même jour :

recherche et élimination de la vieille reine.

 

 

Introduction de la nouvelle reine féconde et sélectionnée, seule, sous cage plate insérée dans du couvain naissant. Des ouvrières naissent, adoptent la reine (elles n'ont pas connu l'ancienne reine). Les cellules libérées permettent la ponte de la nouvelle reine. Les ouvrières de la colonie libèrent souvent elles-mêmes la reine en creusant un tunnel dans la cire ! Seul inconvénient : il faut revenir quatre jours après pour retirer la cage;

Voir site pour construction d'une cagette d'introduction de reine

http://home.euphonynet.be/abeille/elv/iltis.html

La meilleure position pour accrocher la cellule royale dans le cadre de couvain est parfaitement illustrée par la photo ci-contre.

Pour augmenter le taux d'acceptation, il sera judicieux d'entourer la cellule d'une bande de papier aluminium en ayant bien soin de laisser le fond libre; les ouvrières, bizarrement, ne s'attaquent qu'aux côtés des cellules.

Contrôle de l'acceptation le lendemain des naissances présumées : les cellules sont découpées proprement par le bas comme une boite de conserve;

Vérification du début de ponte dix jours après, élimination des reines qui n'ont pas pondu au bout de trois semaines;

Vérification de la compacité du couvain quinze jours après, élimination des reines qui produisent du couvain lacunaire

Pour produire deux fois plus de reines dans le même temps avec le même nombre de nuclei (ou le même nombre de reines avec deux fois moins de nuclei), il est possible d'introduire dans les nuclei, possédant encore leur jeune reine nouvellement pondeuse, un nouveau lot de cellules royales (protégées par des cages à reines rondes) juste après leur operculation. On fait ainsi coup double :

On libère plus vite les éleveuses. On fait cohabiter, sans danger, dans les nuclei reines en ponte et cellule royale.

Trois, quatre jours après la naissance, on retire la reine en ponte (destination ruche de production), on libère la reine vierge qui part aussitôt pour son vol de fécondation. Et quelques jours après, on introduit de nouveau une (ou deux) cellule(s) royale(s) encagée(s).

VI METHODE A L'EMPORTE PIECE :

Provenance http://home.euphonynet.be/abeille/elv/picking1.html#piece )

1°) MATERIEL :

1 - Le bec bunzen doit constamment être allumé ; 

2 - L'eau chaude doit également être présente pendant toute la durée de l'opération ; 

3 - Les cadres d'élevage comportant les supports de cupules "NICO" doivent être prêts et les orifices des cupules remplies de cire d'opercule. Cette opération ne se réalise qu'une seule fois, les cadres peuvent être utilisés tant qu'il est toujours possible de souder l'amorce d'élevage ; 

4 - Le cadre à estamper est posé bien à plat ou légèrement incliné, sur une surface dure ; 

5 - Le cas échéant, les cellules du cadre préalablement bâti et pondu sont raccourcies de moitié à l'aide du cutter recourbé ou bistouri ; 

6 - Le cadre d'élevage est posé à côté avec les supports dirigés vers le haut, d'où l'avantage d'utiliser des cadres d'élevage avec lattes pouvant pivoter ; 

7 - Tout est prêt pour commencer l'estampage.

 2°) OPERATION :

C'est à partir du point 8 que commence l'estampage proprement dit.

 8 - L'emporte-pièce est trempé dans l'eau chaude sur environ 2 cm et pendant environ 5 secondes ; 

9 - L'emporte-pièce est centré au-dessus d'une cellule comportant un œuf de 2 jours ou une jeune larve et est enfoncé en tournant légèrement de gauche à droite jusqu'au moment où il arrive sur le support du cadre, fin de course. ATTENTION, pendant cette opération, l'emporte-pièce ne doit pas être resserré entre les doigts ; 

10 - L'emporte-pièce est remonté d'environ 1 cm (suivant profondeur des cellules, c'est à l'opérateur d'estimer) ; 

11 - L'emporte-pièce est maintenant resserré entre les doigts et retiré avec la cellule. Suite à l'opération 10, la cellule opposée dépasse de l'emporte-pièce ;

12 - Après l'opération 11, la lame flexible est passée quelques secondes au-dessus de la flamme et est posée sur la cire obstruant le support de cupule. Ne pas insister, la cire ne doit pas devenir liquide mais être uniquement ramollie ;

13 - Aussitôt après l'opération 12, la partie qui dépasse de l'emporte-pièce, maintenu resserré, est posée et légèrement enfoncée sur la cire ramollie ;

 14 - L'emporte-pièce peut être relâché et enlevé pour recommencer au point 8, une autre cellule.

 3°) Production de jeunes larves :

Avec une reine encagée et quelques abeilles, dans un grillage de 20 cm/ 20 cm :

  

Note :

Dans cette technique à l'emporte-pièce, l'usage des supports et portes cupules "NICOT" permet, après les acceptations par la colonie éleveuse, les mêmes manipulations des cellules royales qu'avec la méthode du picking et ce, jusqu'à l'introduction finale dans les ruchettes d'accouplement. La seule différence entre les deux méthodes est que l'une comporte des cupules en matière plastique et l'autre des cellules naturelles.

 Elle s'avère très intéressante pour ceux qui n'osent, pour diverses raisons, s'aventurer dans la pratique du picking et pour ceux qui préfèrent élever au départ de l'œuf, elle donne de très bons résultats.

 Comme toutes méthodes possèdent ses avantages et inconvénients, le reproche que l'on pourrait formuler à l'égard de la méthode de l'emporte-pièce, réside dans le fait qu'après l'opération de prélèvement des cellules :

 1 - le cadre ressemble à une passoire. Réintroduit dans la ruche il est néanmoins réparé rapidement.

 2 - lorsque l'on prélève une cellule, on perd les larves ou œufs des 6 cellules adjacentes (hexagone), sur les 2 faces du cadre.

 Conclusions :

 Cette méthode avec l'emporte-pièce, méthode qui donne de magnifiques résultats est à conseiller pour l'apiculteurs qui appréhende le picking et qui pratique néanmoins l'élevage en colonie éleveuse (starter) dans le seul but de renouveler ses propres reines.

VII METHODE D’ELEVAGE DE REINES " NID D’ABEILLES "

Matériel nécessaire :

1 bonne ruche, 1 picking chinois, 1 hausse avec des cadres bâtis vides, 1 grille à reines, des cupules, 1 couvre cadres, des supports de blocs, 1 toit, des blocs à cupules, 1 fond de ruche, des cages à reines rondes

Choisissez une ruche forte en population .

Après avoir trouvé la reine, placez- la dans une hausse garnie de cadres bâtis. Placez cette hausse au dessus de la ruche d’où provient la reine. Mettez une grille à reines entre le corps et la hausse.

Votre reine ne pourra alors que reprendre sa ponte dans ces cadres bâtis. Les jeunes ouvrières viendront très rapidement s’occuper de ce nouveau couvain en développement.

7 jours plus tard, le matin vers 10 heures, retirez cette hausse pleine de couvain ouvert et placez la dans le même rucher avec un fond, un couvre cadres, un toit.

Retirez dans le même temps, deux cadres de corps dans la ruche et remplacez les par 2 cadres d’élevages sans avoir greffé dans les cupules. Refermez la ruche jusqu'à 16 heures.

A cette heure là, retirez les 2 cadres d’élevages qui seront couverts d’abeilles éleveuses. A ce moment, vos abeilles n’ont plus aucune possibilité d’élever sur leurs cadres des reines, le couvain ayant dépassé le délai de 3 jours d’œuf + 3 jours de jeunes larves. En revanche, dans la hausse que vous avez retirée le matin se trouvent beaucoup de jeunes larves de moins de 3 jours toutes prêtes à être greffées.

Vous devez donc effectuer ce greffage. C’est une opération délicate, qui demande de la précision. La larve doit être placée dans le même sens dans la cupule qu’elle était dans la cellule du cadre de cire. En cas de doute, pas d’hésitation, mettez une autre larve.

Une fois toutes vos cellules greffées avec beaucoup de délicatesse, replacez les 2 cadres d’élevage dans la ruche. Les éleveuses vont très vite se mettre à nourrir ces futures reines.

Le lendemain, vers 10 heures, ouvrez cette ruche en enfumant très légèrement, vérifiez vos élevages. Vous trouverez des cupules sous lesquelles pendent de petites grappes d’abeilles et d’autres complètement délaissées.

Vous pouvez, si vous le souhaitez, récupérer ces cupules vides et à nouveau les regreffer en recommençant la même opération. Vous augmenterez ainsi le nombre de reines final.

Ensuite ne touchez plus à rien pendant 7 jours.

A ce moment là, ouvrez votre ruche, placez sur vos cellules de reines une cage à reine ronde, en ayant soin d’enfermer dans celle-ci une ou deux ouvrières. Sans cette précaution, vous risqueriez de ne trouver qu’une seule reine vivante en fin d’opération.

Entre 10 et 13 jours après votre greffage, vos reines vont naître. Vous pourrez alors former vos essaims.

Vous pouvez si vous le souhaitez, recommencer l’opération une nouvelle fois, cependant, sachez qu’à ce moment là, les abeilles deviennent très agressives.

Vous pouvez si vous le souhaitez aussi, réunir la hausse et la ruche. Vous n’aurez perdu que très peu de population et votre ruche sera prête à produire.

 Méthode simple sans prélèvement de larves

http://apiculture.com/info/elevage/elevage.htm

La meilleure colonie du rucher est choisie. Procédez ainsi :

1 - Remplacement de deux cadres bâtis par deux cadres gaufrés au centre de la colonie ( laisser un cadre bâti entre les deux ). La reine va pondre immédiatement dans les nouvelles cellules fraîchement bâties.

2 - Orphelinage (retirer la reine) de la colonie et nourrissement artificiel ( un tiers d'eau - deux tiers de miel ) afin de placer les abeilles dans de bonnes conditions d'élevage.

3 Nourrir les abeilles jusqu'à l'operculation des cellules se trouvant sur les nouveaux cadres et éventuellement ailleurs.

On dispose à ce moment de nombreuses cellules royales operculées.

Lorsque ces dernières ont atteint l'âge de 13 jours, on peut les transférer dans des ruchettes de fécondation ou dans des ruches en attente d'être remèrée.

Il ne leur restera plus qu'à se faire féconder !

VIII METHODE DU PICKING :

CONSEIL : Consulter page 97, l'excellent livre de M Gatineau ( L'apiculture telle que je l'aime et la pratique ).

Cette technique s'appelle aussi greffage en français

1 - Prélever des larves de 12 à 36 heures, à l'aide d'un outil spécial, très fin, nommé "picking", que certains se fabriquent avec un rayon de vélo ou une baleine de parapluie, cintrée à la demande, meulée et polie. C'est une très petite cuillère.

Veiller à travailler à bonne température, peut être pas 35°C mais au moins 25° à 30°C. Humidifiez le fond de la cellule

2 - Déposer alors ces larves dans les 'cupules' de cire ou synthétiques ( voir plus loin les détails ), en veillant à retrouver pratiquement la même position dans la cellule.

La position idéale est au centre ci-dessus.

 

           

3 - Ces cupules sont insérées ou collées à la cire sur des porte cupules du commerce (Voir le matériel Nicot ) matériel qui peut très bien être 'bricolé' par l'apiculteur.

4 - Les porte cupules sont montés sur un cadre transformé pour cette tâche comme ci-dessous, avec une ou plusieurs rangées.

 

5 - Ce cadre est confié à un starter ( voir plus haut ) qui démarre l'élevage.

6 - Une colonie finisseuse achève le travail ( voir plus haut ), de développement des CR prêtes en 10 jours.

7 - La production de CR ( Cellules royales ) peut être destinée à une introduction dans une ruche orpheline ou à l'obtention de reines vierges ou encore de reines fécondées.

Chaque destination a ses règles et des précautions ) prendre. Vous les retrouverez tout au long de cette synthèse.

En particulier il y a des cages d'introduction qui protègent soit les CR soit les reines. La technique est tellement précise qu'il vaut mieux se documenter avant usage Voir le matériel Nicot, excellemment étudié et bon marché.

X FABRICATION DES PETITS MATERIELS SPECIALISES :

1°) CONSTRUCTION D'UNE CAGETTE D'INTRODUCTION

Description :

Cette cagette, est utilisée pour une claustration et introduction de reine, elle permet un contact maximum de la reine et des abeilles qui vont l'accueillir et permet une libération lente et au bon moment. Le grillage utilisé est le grillage dit "à varroas". La cagette est plate et mesure 1 cm d'épaisseur. elle est facile à glisser entre deux cadres en ménageant un espace suffisant autour d'elle, les abeilles doivent pouvoir circuler sur l'entièreté de la cagette (sur les 2 faces).

Dimensions :

Celles-ci ne sont pas rigoureuses et peuvent être adaptées suivant les matériaux dont vous disposez.

* Longueur : 7 cm. Hauteur : 5 cm. Epaisseur : 1 cm

Préparation des éléments :

Deux planchettes de bois dur (chêne ou hêtre) sont mises à épaisseur de la cagette et à longueur de chaque élément. Une découpe à mi-bois est réalisée sur un des côtés des planchettes.

Les planchettes sont sciées à la largeur des éléments (1 cm). Les deux éléments constituant la longueur et la hauteur de la cagette sont collés à angle droit. La colle polyuréthane est à conseiller car elle résiste à l'humidité.

 Suspension de la cagette dans la ruche :

Une baguette métallique, coupée à bonne longueur est pliée en forme de goupille. L'usage d'une goupille achetée est une autre solution.

Remarque : la cagette contenant la reine doit toujours être dans le couvain. Il est donc parfois nécessaire de la suspendre au moyen d'un fil métallique lorsque la partie supérieure des cadres entourant la cagette contient de la nourriture.

Le grillage :

Un morceau de grillage "à varroas" est découpé (7 cm x 11 cm), plié et agrafé ou cloué sur l'armature en bois.

Remarque : n'utilisez jamais du grillage tressé. Les abeilles s'y prennent les pattes et les pattes amputées de leurs derniers éléments ne sont pas rares. Il faut toujours utiliser du grillage soudé.

La fermeture :

Le petit morceau de bois qui va fermer la cagette doit être arrondi à ses deux extrémités afin de pivoter sans difficulté. Il sera maintenu au grillage par un fil de cuivre (3 cm) de 2 mm de diamètre (fil électrique dénudé). Le fil de cuivre est plus malléable que le fil de fer et se plie sans déformer le grillage.

Un clou "tête d'homme" de 1,5 mm de diamètre sera enfoncé à extrémité supérieure de la fermeture. Il devra se loger dans la rainure pratiquée dans l'armature et la dépasser légèrement pour en faciliter le maniement d'ouverture et de fermeture.

A aucun moment il ne peut y avoir de passage entre le grillage et la base de la fermeture. La reine risque de s'y coincer et d'y mourir.

Libération de la reine :

Au moment de libérer la reine, on préparera un petit bouchon de pâte de nourrissement (mélange de miel liquéfié et de sucre impalpable). On entrouvre la cagette lorsque la reine est dans le fond de la cagette et on place le bouchon de pâte. Il n'est pas nécessaire que le bois de fermeture prenne une position horizontale. L'ouverture doit être suffisante pour permettre le passage de la reine. Plus le bouchon sera gros et dur, plus longue sera la durée de libération de la reine.

Attention de ne pas refermer la cagette en la replaçant dans la ruche.

Lorsque le lendemain ou le surlendemain vous retirez la cagette, la présence d'une bâtisse vous annonce la réussite de l'introduction.

Introduction :

A l'introduction, clapet ouvert, l'orifice est obstrué par du candi ou une pâte de nourrissement (mélange de miel liquéfié et de sucre impalpable) sur un bon cm de profondeur. Plus le bouchon sera gros et dur, plus longue sera la durée de libération de la reine.

Remarque : Pour augmenter les chances d'acceptation de la nouvelle reine, quelque soit le type de cagette utilisée, elle doit toujours être dans le couvain. Il est donc parfois nécessaire de la suspendre au moyen d'un fil métallique lorsque la partie supérieure des cadres entourant la cagette contient beaucoup de nourriture.

CAGE ITLIS : Recopie du site http://www.lesruchersdargonne.com/cage_iltis.htm

 Cette cage est destinée à encager les reines avant leur insémination et à la réintroduction de celles-ci dans leurs nucléi. Elle permet un bon contact de la reine avec ses abeilles. En effet ce contact est essentiel pour une bonne acceptation de la reine par la suite. Les cages rondes Nicot ( bigoudi ) ou les cagettes jaunes n'ont pas assez de surface de contact et donc n'ont pas la même efficacité que la cage Iltis. 

 

Morceau de contre-plaqué de 10 mm. Dimensions: 60 x 60 mm.

 Trou de 4 mm percé pour y passer la goupille fendue.

 

Introduction de la goupille fendue (3.5 x 40 mm) qui permettra de suspendre la cage Iltis.

Mise en place du treillis soudé. Les larges mailles permettent à la reine d'avoir un bon contact avec ses abeilles. Les mailles en treillis soudé permettent également à la reine de ne pas se couper les pattes au travers.

 

 

 

Mise en place de la porte fixée avec une attache parisienne.

 

 

Un petit clou à l'extrémité permet de pouvoir fermer et ouvrir facilement la cage Iltis.

 

 

L'ouverture pour introduire la reine et éventuellement l'extraire doit être assez grande pour éviter de blesser la reine.

2°)  CUPULES :

NB : Utiliser la cire chauffée au bain marie

Dans le passé, alors que les cupules en matière plastique n'existaient pas, certains éleveurs utilisaient une méthode dite à l'emporte pièce qui consiste à découper, par estampage, des cellules naturelles comportant soit une larve ou mieux, un œuf de 2 jours ( œuf incliné) et de les souder sur des plots en bois "Zander". Aujourd'hui, cette pratique de l'estampage peut facilement se réaliser en soudant les cellules naturelles sur des supports de cupules "NICOT" comme utilisées pour le picking mais dont on a rempli l'orifice prévu pour la cupule en plastique avec de la cire d'opercule

Cupules où de la cire a été coulée pour la soudure du greffon

3°) CAGES DE NAISSANCE ( Protection des reines naissantes ):

Bigoudis

XI LA RUCHETTE VITREE A CADRE UNIQUE:

Voir les sites remarquables de rlechene journal ou rlechene galerie

Curieux par nature et adorant observer la nature, je suis séduit par l'idée de voir naître sous mes yeux une reine. Je vous laisse consulter les articles et me contente de vous donner les plans de ma ruchette vitrée, rien ne vous oblige à les prendre au sérieux.

Voir les plans de ma ruchette

   XII INTRODUCTION DE CR - REINE VIERGE OU FECONDEE:

A - Recopie intégrale du site Tellement bien expliqué

http://www.beekeeping.org/articles/fr/introduction_reines.htm

Introduction des cellules royales

Avantages :

         taux d'acceptation élevé par rapport à l'introduction des reines vierges;

         une perte négligeable en cas d'échec;

         rapide.

Inconvénients :

         perte de temps jusqu'à la fécondation;

         pas de contrôle possible de l'aspect physique de la reine;

         manipulation des cellules d'un âge précis (la veille de la naissance, soit le 11ème jour après le greffage);

         expédition par la poste plus délicate que pour des reines.

Méthode :

Introduisez en fin de journée une seule cellule royale par essaim. Placez-la le plus près possible du couvain. Accompagnez cette introduction par un léger nourrissement (2 verres). Manipulez la cellule en la tenant par le support porte-cupule. Afin d'introduire une cellule viable il est important de contrôler par transparence face à une source de lumière l'état de la jeune reine. Cette opération s'appelle le "mirage" identique à celle pratiquée pour les œufs. 

Exemple d'utilisation :

Afin de faciliter les acceptations, et de travailler rapidement, la plupart des éleveurs de reines préfèrent introduire des cellules royales dans les nuclei de fécondation. Après avoir jugé et récolté la jeune reine qui pond depuis une semaine environ, cette jeune reine fécondée est retirée, et après un orphelinage de 24 h une cellule royale âgée de 11 jours est introduite. Ce temps d'orphelinage est suffisant lorsque la population est petite. 

Dans les régions où certains écotypes d'abeilles locales sont particulièrement difficiles, les apiculteurs introduisent des cellules royales âgées de trois jours afin d'augmenter le taux d'acceptation. L'inconvénient est bien sûr une perte de temps, mais dans certains il s'agit de l'unique possibilité d'acceptation.
Introduction des reines vierges

Avantages :

         possibilité de contrôler l'aspect physique de la reine vierge,

         plus de souplesse dans les dates d'introduction par rapport aux cellules royales, (6 jours pour les reines vierges),

         possibilité de marquer les reines vierges avant la fécondation,

         les reines vierges voyagent mieux que les cellules,

         gain de quelques jours par rapport aux cellules,

         plus économique que les reines fécondées.

Inconvénients :

         taux d'acceptation moins élevé par rapport aux cellules et aux reines fécondées,

         nécessite l'utilisation d'une cagette de protection,

         logistique plus lourde (candi, cagette, pointe...),

         la reine vierge peut s'envoler au cours des manipulations,

         on ne dispose que de 6 jours maximum pour expédier et introduire la reine vierge. 

Méthode :

Faire accepter une reine vierge est certainement l'opération la plus délicate que rencontre l'apiculteur. C'est pourquoi, n'hésitez pas à prendre le maximum de précautions. Plus la population est petite, meilleure sera l'acceptation. Utilisez de préférence une cage d'introduction sur couvain et non la cage d'expédition. Placez cette cagette grillagée sur une portion de couvain naissant. Introduisez la reine seule dans la cage. Libérez cette reine 2 jours après en prenant garde quelle ne s'envole pas.

Introduction avec une cellule plastique

On trouve chez les fournisseurs de matériel apicole des cellules royales en plastiques qui permettent d'emprisonner la reine vierge, et de créer ainsi une seconde naissance. Ce petit cône en plastique est obstrué par un opercule de cire suffisamment fin pour que la reine se libère seule. Cette cellule royale artificielle est placée verticalement entre deux cadres près du couvain.

Certains collègues d'Europe de l'Est introduisent directement les reines vierges dans les paquets d'abeilles. Ils enduisent totalement cette jeune reine avec de la gelée royale. 

Conseil :

Si vous utilisez des abeilles noires, l'introduction des reines vierges est fortement déconseillée. Ce n'est qu'en utilisant une population issue de paquets d'abeilles qu'on obtient un taux d'acceptations suffisant. En effet, les paquets sont composés de jeunes abeilles issues de plusieurs ruches. Par conséquent, le mélange de phéromones désorganise et perturbe les abeilles qui deviennent ainsi plus tolérantes.

Introduction des reines fécondées

Avantages :

         interruption de ponte réduite dans le cas de renouvellement de reine,

         taux d'acceptation plus élevé par rapport aux reines vierges,

         possibilité de clipper et marquer la reine,

         les reines fécondées voyagent très bien plusieurs jours, et se conservent plusieurs mois dans une banque à reines.

Inconvénients :

         coût plus élevé que les cellules royales ou les reines vierges.

Méthode cagette d'expédition

Les reines fécondées sont généralement introduites dans leur cagette d'expédition.

         Orphelinez la ruche à remérer 2 à 3 jours avant l'introduction de la jeune reine. 

         Retirez les accompagnatrices de la cagette d'expédition, qui d'une part peuvent être vectrices de maladies et d'autre part engendrent une agressivité avec les ouvrières de la colonie à travers le grillage.

         N'oubliez pas d'enlever le bouchon de liège ou la languette plastique côté candi.

         Perforez le candi sur toute son épaisseur à l'aide d'une allumette, vérifiez bien qu'il n'y a pas d'abeilles mortes pouvant obstruer le passage.

         Détruisez les amorces de cellules royales naturelles.

         De préférence en fin de journée, placez la cagette soit horizontalement le grillage vers le bas, ou en suspension entre deux cadres de couvain.

         Donnez environ 2 verres de sirop, surtout en période hors miellée.

Les ouvrières libéreront la reine en grignotant le candi. Cette méthode donne de bons résultats, principalement en période de miellée. Si vous introduisez sur des populations d'abeilles noires, adoptez de préférence la méthode sur couvain naissant décrite dans le paragraphe suivant.

Attention! Une reine fécondée qui a cessé sa ponte quelques jours peut s'envoler. Par conséquent, si vous introduisez une reine qui a voyagé par la poste, il est préférable de mouiller les abeilles avant d'ouvrir la cagette de transport. Immergez tout simplement 2 secondes la cagette avec la reine et ses accompagnatrices dans un seau d'eau à température ambiante. Ainsi, la reine ayant les ailes collées par l'eau ne peut s'envoler. Précaution à prendre également pour les reines vierges.

Les reines qui ont voyagé plusieurs jours en cagettes d'expédition produisent moins de phéromones que les reines en pontes. Par conséquent, on constate un taux d'acceptation inférieur par rapport aux reines qui n'ont pas eu une interruption de ponte. Cette production de phéromones revient à mesure que la reine pond. 
Sachez que le comportement de rejet est beaucoup plus fréquent dans le cas d'introduction de reine de race différente à celle de la colonie. Par conséquent, si vous recevez des reines de l'étranger, ou des "jaunes" que vous voulez introduire dans votre cheptel d'abeilles noires, soyez prudent, et entourez-vous du maximum de précautions pour réussir.

Introduction des reines de valeurs

Les reines souches inséminées artificiellement, issues d'une longue et rigoureuse sélection valent parfois quelques centaines d'Euros. L'erreur pour leur acceptation n'est pas permise. L'opération sera longue et contraignante.

Méthode :

         Faites un essaim artificiel si possible à partir d'une population hybride ou italienne. 

         Après avoir localisé et isolé la reine de la ruche, l'essaim est constitué seulement d'un cadre de couvain naissant, un cadre de réserve miel pollen et un cadre bâti vide.

         Secouez dans la ruchette 3 à 4 cadres de couvain. C'est là que se trouvent les jeunes abeilles.

         Réduisez l'entrée de cette ruchette pour ne laisser qu'un ou deux passages d'abeilles.

         Déplacez la ruchette à l'opposé du rucher, minimum 10 à 20 m.

         Environ 24 h. après cette opération, les vieilles abeilles ont regagné leur ruche d'origine. Dès lors, vous pouvez introduire en fin de journée la reine souche seule sous la cage placée sur une portion de couvain naissant. 

         Nourrissez avec 20 cl. (2 verres) de sirop concentré à 50/50.

         2 à 3 jours après cette introduction, retirez la cage afin de libérer la reine qui a commencé à pondre là où les abeilles sont nées.

         vous pouvez renforcer cette petite colonie avec des cadres de couvain naissant prélevés dans d'autres ruches, au rythme d'un tous les 6 jours.

 

B - TRANSFERT ET PROTECTION DES CR

Introduction des cellules en nucleus             http://home.euphonynet.be/abeille/elv/finisseur1.html#nuclei

 Les cellules royales sont introduites dans les ruchettes la veille de leur naissance, soit quatorze jours après la ponte. Les ruchettes receveuses ont été préalablement peuplées ou orphelinées si elles ont hiverné ( voir : ruchette d'accouplement ) et l'élevage de sauveté entrepris par celles-ci, également détruit.

 Elles sont donc dans l'impossibilité d'élever à nouveau faute de larves et vont facilement accepter, dans cet état, la cellule que nous leur donnons.

 Cette méthode est la plus classique et la plus fiable. Néanmoins, l'expérience des éleveurs a démontré qu'il est possible d'introduire une cellule royale de 14 jours dans une colonie ou ruchette rendue orpheline le même jour, à condition de protéger celle-ci par un protège-cellule afin que les abeilles de la colonie receveuse ne la détruisent pour élever sur leur propre couvain.

Sans protège-cellule, les ouvrières savent détruire la cellule de côté, car seule la reine naissante est capable de découper l'opercule en bout de cellule.

 Lorsque l'on introduit une cellule royale provenant d'une autre race d'abeilles que la sienne, un contrôle régulier pendant les 21 premiers jours de ponte de la nouvelle reine est nécessaire ; c'est-à-dire, tant qu'il n'y a pas d'abeilles naissantes provenant de cette ponte ; car les abeilles peuvent tuer la nouvelle reine et réélever sur les larves de celle-ci.

 Afin d'éviter de perdre des reines qui en principe, sont de qualité et ont sollicité un certain travail de la part de l'apiculteur, il est recommandé de pratiquer le contrôle des 21 jours, à chaque introduction, aussi bien pour les reines de même variété que pour les étrangères. Le contrôle se réalise une fois par semaine (tous les 7 jours), jusqu'au premières naissance (progéniture de la nouvelle reine).

 XIII ELABORATION DES NOURRITURES :

Le nourrissement spéculatif contient une forte proportion d’eau. Comme le nectar, il stimule la ponte. Il ne doit pas être stocké par les abeilles. Il est donc distribué en petite quantité et consommé dans les huit à douze heures. La matière sèche du nourrissement spéculatif peut être composée de sucres et de protéines. Le nourrissement de complément contient une moindre proportion d’eau. Comme le miel, il doit constituer les provisions et être stocké par les abeilles. Il est distribué en quantité importante de façon à obtenir les 15 à 18 kg de provisions d’hivernage. La matière sèche du nourrissement de complément est uniquement composée de sucres. Les compléments protéinés et vitaminés sont en vente chez les fournisseurs pour l’apiculture. Ils sont prêts à l’emploi ou se mélangent aux différents sirops. Les quantités, qualités et périodes des nourrissements sont laissées à l’appréciation de l’apiculteur. Celui-ci évaluera avec art les besoins de ses colonies en fonction de ses connaissances des ressources naturelles et du climat de sa région. De bonnes connaissances techniques sont très utiles, mais elles doivent être soutenues et complétées par l’observation et l’expérience ; c’est là que réside une bonne partie du plaisir de l’apiculture.

1°) Sirop Léger : ( Origine Gatineau )

a.      Sirop 40/60 = 7.5 litres d'eau pour 5 kg de sucre + un peu de vinaigre blanc

b.      Le sirop dénommé 1/1 ou 50/50 est fabriqué dans la proportion de 1 kg de matière sèche pour 1 kg d’eau (1 litre). Vous le fabriquez en faisant dissoudre du sucre de canne ou de betterave (que vous trouvez au rayon épicerie) dans de l’eau ou bien en diluant un sirop 75/25 (que vous trouverez chez votre fournisseur apicole). A 1 kg de sirop 75/25 contenant 0,75 kg de sucres et 0,25 kg d’eau, vous ajoutez 0,5 kg d’eau (1/2 litre), vous obtenez un sirop composé de 0,75 kg de sucres et de 0,75 kg d’eau, soit une proportion de 1/1. La différence entre ces deux sirops est que celui fait avec du sucre de canne ou de betterave, le saccharose, doit être " digéré " par les abeilles, alors que celui fait avec le sirop de chez votre fournisseur apicole contient différents sucres dont certains sont " prédigérés ". Le sirop 1/1 est utilisé en nourrissement spéculatif. Il est distribué au seau, à l’arrosoir ou avec une citerne et une pompe.

c.      Le sirop dénommé 2/1 ou 66/34 est fabriqué comme le sirop 1/1 mais avec des proportions différentes. Il est utilisé comme nourrissement de complément s’il ne contient que du sucre et de l’eau et est distribué en quantité importante, ou comme nourrissement spéculatif s’il contient des protéines et est distribué en petite quantité dans le nourrisseur.

d.      Le sirop dénommé 3/1 ou 75/25 est fabriqué avec du sucre de canne ou de betterave et de l’eau soit acheté sous ces proportions chez les fournisseurs apicoles. Ils sont distribués comme les autres sirops, mais la grande viscosité de ces produits en rend la distribution moins facile, sauf si celle-ci est diminuée en augmentant la température du produit. Ils sont utilisés en nourrissement de complément et distribués en grande quantité.

2°) Sirop spéculatif : ( Origine Apiservices)

 Un sirop spéculatif contient 50 % de matière sèche (sucre) et 50 % d’eau (50/50 ou 1/1) soit 1 kg de sucre pour 1 litre d’eau.. Le sucre est versé en pluie dans l’eau, pendant que l’ensemble est brassé avec la spatule. La dissolution est complète quand le mélange d’abord opaque devient translucide et qu’il n’y a pas de dépôts au fond du seau.

Plus l’eau est chaude (50 °C) plus la dissolution est rapide.

3°) Candi :

Recette 1 : ( celle de Gatineau p105 de son livre )

Mettre une livre de miel à chauffer à feu doux, remuer avec une cuillère en bois jusqu'à frémissement.

Monter le feu et versez d'un seul coup 500 g de sucre glace. Remuer jusqu'à absorption totale du sucre, pour obtenir une pâte onctueuse.

Lorsque le tout est bien chaud, versez à nouveau 500 g de sucre glace en brassant doucement pour supprimer les grumeaux, jusqu'à une consistance souple et homogène.

Le candi est prêt à être moulé dans une boite plate en plastique. Une fois refroidi, le prélèvement du fondant est facile et pourra alimenter les cages à reines.

Recette 2 :

  • Il faut préparer les pains de candi pour les mois à venir. Sans doute avez vous parfaitement nourri vos colonies et avez-vous hiverné vos populations sur d’abondantes réserves… mais il se peut qu’ici où là vous ayez quelques soucis avec l’une ou l’autre. Il est bon de disposer du candi qui se met sur le trou du nourrisseur et que les abeilles consommeront comme du miel. Une hausse vide par-dessus, un calfeutrage avec des journaux ou tout matériau souple qui couvre le candi puis le toit. Le candi est un sucre à cristallisation très fine obtenu en dissolvant à chaud dans la proportion de 5 kg de sucre dans à peine 900 g d’eau que l’on chauffe entre 110 et 115°c. Lors du refroidissement, vers 70°c, le liquide devient laiteux, la cristallisation commence. On brasse le sirop avec une grosse spatule puis on le verse dans des moules (assiette calotte, bac à congélation en aluminium, boites en carton de faible épaisseur…) puis en refroidissant la cristallisation s’achève. Le truc pour réussir le candi consiste à travailler avec un thermomètre. On fait bouillir l’eau, on en prend la température à ce moment. Puis on fait fondre le sucre. 20 à 30 minutes plus tard on mesure la température. On arrête la cuisson lorsque le mélange atteint 10 à 15°c de plus que la température mesurée à l’ébullition de l’eau au départ. Après plusieurs essais on trouve la bonne température pour obtenir un candi à la consistance voulue. Moins on chauffe plus il est mou, à l’inverse il devient de plus en plus dur puis impossible à prendre pour les abeilles. Pour en améliorer la prise on peut ajouter en fin de cuisson 5% de miel. Cette fabrication est un peu longue, consommatrice d’énergie et dangereuse par la température et le poids de la bassine que l’on manipule. On peut acheter du candi tout prêt chez les marchands de matériel apicole, mais aussi acheter du fondant de pâtissier chez les grossistes pour la boulangerie. Pour ma part j’utilise le plus souvent 1 kg de sucre en morceaux dont j’ouvre en partie le fond en carton pour que les abeilles puissent venir manger la sucre ramolli par l’humidité de la ruche. Ce candi servira dès décembre pour les populations trop pauvres en réserves.
  • Le candi dénommé 9/1 ou 90/10 contient 90 % de matière sèche. Il permet la survie en hiver quand le nourrissement de complément n’a pas pu être fait à temps. La matière sèche est composée de sucres ou d’un mélange sucres et miel. Il est fabriqué par les apiculteurs ou acheté chez les fournisseurs habituels. Suivant sa présentation, il peut être découpé au couteau ou à la spatule. Il est disposé directement sur le dessus des cadres en périodes froides, les abeilles y ont directement accès sans défaire la grappe. Le pain de candi est souvent enveloppé dans un emballage en plastique, celui-ci est utilisé pour le couvrir et éviter son dessèchement par temps froid et sec.

Source http://www.beekeeping.com/rfa/articles/nourrissement_hivernage.htm

XIV MARQUAGE DES REINES :

DOCUMENTS A EXPLOITER ou SITE A CONSULTER

Codes de couleurs

Année terminée par : 1 ou 6 (Blanc) 2 ou 7 (Jaune) 3 ou 8 (Rouge) 4 ou 9 (Vert) 5 ou 0 (Bleu)

Comment marquer une reine?

1 - Faire monter les abeilles en tapotant avec des maillets, dans une hausse avec quelques cadres vides cirés , le tout couvert d’un couvre cadre en lino ou en toile cirée transparente : c’est souple et on n’écrase pas les abeilles.

2 - Attendre une minute.

3 - Soulever la hausse et intercaler une grille à reine.

4 - Soulever le couvre cadre en lino, enfumer doucement. Les abeilles redescendent dans le couvain. Attention, ne pas soulever les cadres mais les secouer sans les déplacer.

5 - La reine est donc bloquée avec les mâles. Elle ne vous piquera pas, avance rapidement, se déplace toujours dans les coins, jamais au milieu de la grille. Son abdomen est plus long que celui des mâles .

7 - Quand vous l’aurez trouvée, marquez-la, coupez la moitié d’une de ses ailes, cela ne la fait pas souffrir (quand elle essaimera, elle va vriller et va tomber près de la ruche, c’est facile de récupérer l’essaim sans ennuyer les voisins ! )

Comment réintroduire la reine :

Revenir à la ruche et enlever le couvre-cadres en donnant une bouffée de fumée rasante. Placer la cage à reine en partie ouverte ou la cage à piston sans celui-ci à plat sur la tête des cadres et… laisser faire. En peu de temps la reine trouvera la sortie et redescendra entre deux cadres, aidée en cela par de nombreuses abeilles. Si nécessaire l’aider avec très peu de fumée. Attendre un peu avant de remettre le couvre-cadres. Il arrive parfois que la reine remonte. Ce serait dommage de l’écraser entre une tête de cadre et le couvre-cadres ? Il y a d’autres méthodes de remèrage !

Comment changer une reine par une autre ?

1 - Chercher l’ancienne reine ( en procédant comme ci-dessus par exemple )

2 - La mettre dans une cage à reine fermée avec quelques abeilles accompagnatrices.

3 - Placer cette cage entre 2 cadres juste au-dessus du couvain et au milieu du corps de ruche --> l'odeur de la reine diffusera depuis ce point précis.

4 - Le lendemain, retirer la cage avec la reine et ses accompagnatrices

5 - Au même endroit, glisser la nouvelle reine dans une cage ouverte avec très peu de candi. L'odeur ( phéromones ) de cette nouvelle reine va se confondre avec celle de l’ancienne et elle sera acceptée facilement.

Il est bon bien sûr de marquer la reine et vous pouvez éventuellement la "clipper", c'est-à-dire lui couper une aile, ce qui la déséquilibrera en cas d'essaimage ou de tentative d'évasion.

 

  XV MES IDEES PLUS OU MOINS BONNES :

Critiques et/ou avantages de cette association :

AVANTAGES :

1 - Je me rapproche de la maintenance unique Warré

2 - Je collecte le miel sur toutes les ruches de la même façon

3 - Il se pourrait que l'on puisse laisser le côté hausse plein de miel pour l'hiver

4 - Utilisation d'un nombre réduit d'abeilles, pour chaque nucléus.

5 - On peut utiliser la hausse à 2 compartiments comme hausse à miel. Je ne vois pas ce qui pourrait gêner les abeilles.

6 - Le compartiment à 3 barrettes pourrait servir à l'obtention de cadres bâtis ou aussi de cadres à miel pour alimenter d'autres nucléi. Il en est de même pour les barrettes de la partie importante.

7 - Si du couvain se trouve dans la hausse, il est récupérable pour des éléments Warré ( introduction à côté d'un couvain normal, en remplacement d'un cadre de rive par exemple.

CRITIQUES :

1 - Difficultés pour inspecter les Dadant ( faire attention en période d'élevage à ne pas bousculer les ruchettes)

2 - D'après les livres, il est difficile de travailler en petits paquets.

3 - Impossibilité de transporter l'élevage au loin ( 3 km )

1°) HAUSSE + RUCHETTE ( Sur Dadant et barrettes Warré ) :

Ci-dessous la modification permet d'utiliser des barettes Warré dans les 2 sens, au prix de :

Une cloison

Une planche de 10

Des carrés de 10

Des planchettes de compensation

En pratique, il faut garder une ruche Dadant normale et une Dadant équipée d'une hausse transformée, de manière à pouvoir sur la première mettre 2 hausses.

REMARQUE :

Cette ruche transformée peut aussi être utilisée telle quelle, pour l'obtention du miel, uniquement sur barrettes Warré. Ce qui permet une extraction sans centrifugeuse.

A ESSAYER !!!!

1°) HAUSSE + 2 RUCHETTES ( Sur Dadant et barrettes Warré ) :

XVI RETOUR D'EXPERIENCES :

CUPULES

 Aucun problème, avec des restes bien clairs, d'opercules léchés par les abeilles.

J'ai façonné le bout d'un bois carré de 10X10 mm à la râpe et ramené le bout en cylindre de 9 mm.

La cire chauffée commence à fondre, ne pas chercher à la faire bouillir, sinon elle ne dépose pas. Quand tout est en fusion, juste un peu au dessus de la température de fusion, travailler au bâton. Le mieux est de travailler la cire chauffée au bai marie.

Trempé dans l'eau froide, le bout du bâton se recouvre après 2 à 3 trempages dans la cire, d'un cylindre qui se détache bien du bâton.

Les cupules sont ensuite retouchées et bien arrondies en leur fond.

 LE CADRE PORTE CUPULES :

Je le réalise pour la ruche Warré. Il doit me permettre de faire du picking avec les cupules verticales ( par rapport à une table horizontale ) donc avec le cadre et le porte cupules horizontaux. Je placerai les cupules pour qu'elles épousent la forme de la grappe. ( Groupe de 5 en dessus + groupe de 3 en dessous )

1 - Première fonction : Une fois les cupules "greffées" le cadre doit passer en position orthogonale au cadre . Il faut donc qu'il puisse tourner.

2 - Deuxième fonction : Je dois pouvoir placer les porte cupules pour qu'ils tiennent sur le cadre.

3 - Troisième fonction : Je dois avant éclosion des reines, pouvoir récupérer presque toutes les CR (cellules royales), pour les implanter dans des ruches orphelines. Je laisserait cependant 2 reines dans les nucléi, qui iront jusqu'à la fécondation.

Ces petites colonies serviront à compenser des pertes éventuelles.

Conclusion --> Je choisis un cadre tournant avec verrouillage et déverrouillage possible et facile

4 - L'espace entre deux barreaux doit permettre de disposer de cages à reine éventuelles ou de cages à CR.

5 - Les CR doivent pouvoir être récupérées une par une. 

 

LES SITES OU LIVRES DE RENSEIGNEMENTS :

| ARTICLE 1 | ARTICLE 2 |

http://daniel.petit.chez-alice.fr/apiculture/ElevageReines.pdf ( Cours extrêmement sérieux , mais difficile, très bien documenté et très technique, tout y est décrit avec une minutie remarquable)

http://home.euphonynet.be/abeille/elv/starter.html

http://www.beehoo.com/conseil-apiculture/mai-2008-les

http://www.abeilles.ch/Sar/CE_SAR1/methodes_d%27elevages.htm

http://www.beehoo.com/conseil-apiculture/le-mois-des-acacias-mai-2007

http://home.euphonynet.be/abeille/elv/starter.html

http://www.varapiloisir.com/Le-systeme-starter-finisseur

http://www.apiservices.com/rfa/articles/starter.htm excellent sur le starter ouvert

http://www.abeilles.ch/Sar/CE_SAR1/methodes_d%27elevages.htm

Nucleus - Elevage - Méthode Miller à Livre de Gatineau p 92

http://www.zoo-logique.org/vs/abeilleduforez/renouvellementreine.htm (Renouvellement des reines ( excellent article très solide ) )

Pour du matériel d'élevage :http://www.nicotplast.fr/ApiFrancais/Elevage/CNE125789Cupule.htm

Chronologie précise d'élevage :

http://www.nicotplast.fr/ApiFrancais/Elevage/ElevChronologie.htm

 

 

Terminé 18 novembre 2009